(Accueil ABM Rennes - animation)
Jean-François
Des cubains accueillants
 
Cayo Jutias
Cayo Jutias (nord ouest) : une belle américaine, presque sur la plage
 
Les cubains sont pauvres mais accueillants pour les voyageurs.
Coco taxi Jeunes
La Havane : Coco taxi, les tricycles de la capitale (à gauche)
Topes Colantes (centre de l'île) : la pause de jeunes cueilleurs de café
(à droite)
 
Dans la rue ou dans leurs maisons, ils vous accueillent avec le sourire. Partout, à La Havane ou dans d'autres localités les gens, dans la rue, veulent vous aider. Deux semaines à Cuba permettent d'avoir quelques impressions sur la dure réalité du pays.
L'hébergement chez l'habitant facilite certains contacts, même si la plupart d'entre eux s'arrêtent aux informations touristiques. Le discours officiel revient vite quand vous cherchez à mieux comprendre la réalité économique.
Dans les villes, les constructions de l'époque coloniale vous surprennent : certaines bien rénovées d'autres délabrées. A La Havane, en particulier, de beaux immeubles sont restaurés pour devenir des bâtiments publics ou des hôtels de luxe.
Immeuble rénové
La Havane (Plazza vieja) : un immeuble rénové
La quantité d'immeubles anciens impressionne. Mais il faut de l'argent et du travail pour les remettre en état. Le chantier est immense et ne semble pas prioritaire. Problème : des gens habitent aujourd'hui dans ces logements. Les maisons particulières (casa particulares) que nous avons fréquentées sont sobres, avec des équipements proches des nôtres. Et dans l'ensemble, les hôtes font le maximum pour vous offrir un petit déjeuner copieux et varié.
Immeuble délabré
La Havane (derrière le Capitole) : des immeubles habités,
en attente de rénovation
Marché paysan  Réparateur de mobiles
Colon (centre de l'île) : un marché de petits producteurs (à gauche)
Pinar del Rio (ouest) : des réparateurs de téléphones mobiles, dans la rue
(à droite)
 
Cet accueil des voyageurs est pour eux un revenu substantiel, même s'ils doivent verser des taxes à l'État. Quand vous payez 25 pesos la nuit, cela correspond à peu près au salaire mensuel d'une personne qualifiée.
Extrait du journal de Jean François Bourblanc - Janvier 2012
Texte et photos : F et JF Bourblanc
 
Copyright © 2010 - 2017  ABM-Rennes. Tous droits réservés.